Table ronde

Du patient passif au patient décideur : comment refonder le colloque singulier ?

Crédit photo : Artgraph Painter

Table ronde organisée en partenariat avec Pharmaceutiques

60 mn

En vingt ans, le colloque singulier s’est profondément métamorphosé, avec les attentes légitimes d’un patient mieux informé sur sa pathologie. Et la révolution digitale s’annonce comme un nouveau facteur de transformation du lien soignant-soigné. Comment les médecins peuvent-ils l’intégrer au mieux dans leur consultation ? Jusqu’où, et avec quelles limites, peut-on imaginer le prolongement de ce lien au-delà du temps de la consultation ?

Animée par Nicolas Bohuon, Directeur général, Pharmaceutiques

Nicolas Bohuon
Nicolas BohuonDirecteur Pharmaceutiques

Nicolas Bohuon, dispose d’une expérience de plus de 20 ans dans la communication liée au domaine de la santé, acquise à travers un parcours effectué au sein de différents grands groupes de presse et, plus récemment dans un groupe de communication dédié à la santé.
Il fût successivement Directeur des Opérations du Groupe Quotidien Santé puis Président des magazines « Le Généraliste » et « L’Officinal » avant de rejoindre le Groupe Vivendi Universal Publishing en tant que Directeur Général du pôle presse.
Nicolas a ensuite été Directeur Général des Editions Masson. En janvier 2003, il intègre le groupe Conseil Média santé comme directeur général en charge de la stratégie du groupe et de la coordination des opérations des différentes activités (achat d’espace, visite médicale, édition et impression, …).
Nicolas Bohuon a rejoint PR Editions en mai 2008 pour conforter et développer les différentes activités en France et en Europe.
Nicolas Bohuon est titulaire d’une licence de droit, d’une maîtrise de Sciences Politiques et d’un DEA de Sciences de l’Information et de la Communication. Il est Président d’Honneur de la Fédération Nationale de l’Information Médicale (FNIM) et chargé de cours à l’IAE Paris-Sorbonne.

Participants

Dr François Liard
Dr François LiardMédecin Généraliste

1979 – ..

Médecin généraliste
Saint-Epain 37800 FRANCE
cabinet de groupe (2 médecins), activité libérale en milieu rural, inscrit au conseil de l’ordre des médecins d’Indre & Loire sous le N°1841
depuis 2008 spécialiste en médecine générale

1985 – 1989
Enseignant au département de médecine générale à la faculté de médecine de TOURS
1985 – 1989
attaché au Centre d’Information et de Soins de l’immunodéfiscience humaine CHU BRETONNEAU TOURS

1989 – 1993
chargé de mission à l’UNAFORMEC (union nationale des associations de formation médicale continue) pour la conception et l’organisation du diplôme interuniversitaire de méthodologie des essais thérapeutiques en ville.

1992 – 1993
Directeur du département essais thérapeutiques à l’UNAFORMEC

1993 -2000
concepteur et expert des modules de formation aux essais thérapeutiques et aux stratégies décisionnelles en médecine

1994-dec 2012
membre titulaire de la commission d’AMM (autorisation de mise sur le marché) à l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (AFSSAPS)
Groupe de travail neuro-psy-anesthésie. Groupe de travail médicaments de prescription médicale facultative.

2005-2008 Président de l’Institut de Recherche en médecine générale

2010- dec 2012 président du groupe de travail sur les médicaments de prescription facultative à l’AFSSAPS

2013-…. Coordinateur de la maison de santé pluridisciplinaire de Sainte Maure

Gérard Raymond
Gérard RaymondPrésident de la Fédération française des diabétiques

Un parcours riche et un engagement fort
En 1985, Gérard RAYMOND (67 ans) a travaillé avec une équipe de professionnels de l’hôpital de Toulouse sur la pratique du sport chez les diabétiques, puis a créé une association en Midi-Pyrénées et s’est rapidement retrouvé au bureau national de la Fédération.
Sa carrière professionnelle l’a conduit à exercer la fonction de technico-commercial dans l’industrie du cuir. Depuis 1998 (date de son entrée à la Fédération), il décide de consacrer toute son énergie à l’amélioration de la qualité de vie des personnes diabétiques et à faire reconnaître leurs droits.
President de l’Association française des diabétiques de 2006 à 2013, il contribue à l’évolution de l’Association en Fédération dont il devient le SG puis le Président en 2015. Il a beaucoup oeuvré pour faire de l’association un véritable acteur de santé et traduire concrètement la conviction que des patients peuvent, s’ils sont formés, accompagner d’autres patients : c’est la naissance du concept de Patient Expert et de l’accompagnement « Elan solidaire ».
Gérard RAYMOND exerce plusieurs mandats de représentant des usagers dans des instances nationales (il est notamment co-président du Collectif interassociatif sur la santé (CISS) et siège à ce titre au Conseil de la CNAMts) et oeuvre au quotidien pour faire entendre la voix des patients diabétiques dans les plus hautes sphères, comme à la Conférence nationale de santé et la Haute Autorité de Santé.
Avec l’appui du Conseil d’administration, il est le véritable porte-parole de la Fédération pour qu’elle participe activement à l’élaboration et à l’amélioration des lois et du système de santé : être acteur de « la démocratie en santé » afin que la citoyenneté des patients diabétiques puisse être reconnue et pleinement exprimée.

Un témoignage, une expérience
« Ma vie a basculé à 34 ans lorsque l’on m’a diagnostiqué mon diabète de type 1. Ma vie familiale et mon parcours professionnel s’en sont trouvés bouleversés. Comme tous, je n’ai pas choisi d’être diabétique ; c’est un véritable métier qui a eu un impact non seulement sur mon capital santé mais aussi mon projet de vie ».
Être malade chronique dans notre société ferme des portes et crée des difficultés sociales et économiques. Le professionnel de santé ne doit pas prendre en charge la maladie, mais le malade citoyen. Le numérique ainsi que les dispositifs connectés sont des éléments essentiels dans cette évolution des pratiques de l’ensemble des parties prenantes. Je suis à la fois témoin et acteur des formidables avancées technologiques actuelles. Équipé d’une pompe à insuline implantée et d’un capteur de glucose en continu, je suis aujourd’hui un patient « connectable ». »

Pr Raphaël Gaillard
Pr Raphaël GaillardProfesseur de psychiatrie à l'Université Paris Descartes, Chef de pôle à l'hôpital Sainte-Anne

Normalien et médecin, Raphaël Gaillard est professeur de psychiatrie à l’Université Paris Descartes et chef de pôle à l’hôpital Sainte Anne, pôle qui comprend 5 services et qui reçoit près de 12 000 patients par an. Il a été vice-président de l’Inter Syndicat National des Internes des Hôpitaux et président de l’Inter Syndicale Nationale des Chefs de clinique et assistants.

En 2011, il a rendu à la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche un rapport sur l’évolution des statuts hospitalo-universitaires.
Il est membre du directoire du Centre Hospitalier Sainte Anne et du directoire de la Communauté Hospitalière de Territoire pour la Psychiatrie Parisienne. Il est également membre titulaire du Conseil de l’Ordre des Médecins de la Ville de Paris.

Il préside avec les Professeurs Loo et Olié le Congrès de l’Encéphale, congrès qui réunit chaque année 4000 psychiatres francophones au Palais des Congrès.
Après une thèse de sciences sur les bases cérébrales de la conscience et un post-doctorat à l’université de Cambridge, il anime à l’Inserm et à l’Institut Pasteur des recherches combinant imagerie cérébrale fonctionnelle et psychopharmacologie, et visant notamment à mieux caractériser les propriétés pharmacodynamiques des psychotropes.

Extraits des interventions :

  • Le professeur Raphaël GAILLARD insiste sur l’importance de la décision partagée : le patient doit être associé au processus de décision.
  • Pour le docteur François LIARD, il ne faut pas passer plus de 15 minutes avec chaque patient pour que l’activité de médecin généraliste soit rentable.
  • Nécessité pour le médecin d’être à l’écoute
  • Pour Gérard RAYMOND, la prise en charge pluri-professionnelle doit passer par une relation de confiance avec l’ensemble des acteurs.
  • Le patient doit prendre possession de sa maladie mais sans tomber dans les excès.
  • Il est détenteur d’une information sur sa maladie et participe à la stratégie de décision et de soin
  • Construction de la décision basée sur l’échange médecin-patient.
  • La multiplicité des informations sur le net horizontalise la relation patients-médecins
  • Il faut bien veiller de conserver le lien de confiance via un site en ligne / question de la validation des infos sur les sites / analyse critique de l’information (Ex : infos anti-vaccination sur le net)
  • Les évolutions technologiques et sociétales remettent en cause l’autorité médicale
  • Courants de Guy Valencien et de Laurent Alexandre : demain il y aura des ingénieurs en plus des médecins, et des « médecins-ingénieurs »
  • Il faut également des médecins humanistes
  • Les algorythmes brassant les données fournies par des capteurs peuvent nous aider à la prise de décision
  • Pour Catherine Cerisey, blogueuse reconnue en santé, l’expertise patient est indispensable pour compléter les informations des experts en santé que l’on trouve sur les sites
  • Les sites doivent avoir être labellisés et validés par les autorités de santé avec une nécessaire prise en compte des compétences des patients (Exemples : sites internet de Catherine Cerisay et de la Fédération Française des diabétiques)
  • Question de la Décision Partagée
  • Réflexion syndicale de la profession médicale sur le fait de sortir du paiement à l’acte
  • Efficacité du suivi thérapeutique d’un patient grâce à l’éducation thérapeutique et au soutien motivationnel
  • Question sur la rémunération des ARS et les objectifs de santé publique
  • Problématique de la Formation Médicale Continue en France
  • Selon Gérard RAYMOND, les structures associatives doivent être mieux intégrées aux lois car elles participent nécessairement au système de santé